Search For Keyword.

Le mariage de djihadistes laisse 2500 enfants dans le nord de la Syrie: des activistes

(Zaman Al Wasl)- L’afflux de djihadistes en Syrie a creusé une autre fraction de la société déchirée par la guerre en raison du mariage illégal de djihadistes et de centaines d’enfants syriens nés de pères non identifiés.

Des activistes locaux ont déclaré qu'au moins 2200 femmes syriennes se sont mariées à des combattants étrangers, dont 1 350 ont 2500 enfants.

Amani, 26 ans, l'une des femmes victimes de ces mariages, a déclaré: "Il y a deux ans, l'un des djihadistes, Abu Zubair Turkestani, a demandé à m'épouser. Une semaine plus tard, je l'ai épousé avec une dot de 400 dollars".

Le facteur le plus compliqué est l’anonymat des vrais noms du mari. Ils portent tous des surnoms, ce qui rend le mariage invalide, car connaître le vrai nom est une condition de la validité du contrat de mariage, selon les spécialistes de la charia.

Au cours de la première année de mariage d'Amani, elle a eu des problèmes et des désaccords. Alors, elle a demandé le divorce, mais ses parents se sont opposés à mon divorce.

"Après un mois de notre mariage, il m'a avoué qu'il était marié, avait divorcé de sa femme et n'avait pas d'enfants", a-t-elle ajouté.

"Après 9 mois, j'ai eu la chance d'avoir un enfant et peu de temps après son accouchement, il s'est remarié, ce qui a doublé sa période d'absence de la maison, ce qui était à la base peu nombreux".

Selon les activistes, la plupart de ces mariages sont instables en raison du fait que les maris sont en «état de guerre» et qu'il est difficile d'emmener leur famille, ce qui nuit à l'avenir des enfants. Quant à ces enfants, ils sont illégaux et donc privés de tous leurs droits, tels que l’éducation, la succession et le nom de famille.

Trois mois après l'accouchement, le mari d'Amani a été tué. Elle vit maintenant chez son père, dans la ville de Jericho, à Idlib.

Hayat Tahrir al-Sham, une alliance djihadiste dirigée par l'ancien membre affilié de la Syrie pour Al-Qaïda, contrôle plus de la moitié de la province d'Idlib, tandis que les rebelles soutenus par la Turquie détiennent une grande partie du reste.

Après la mort de son mari, ses amis djihadistes ont demandé à Amani de les épouser, mais Amani a refusé par crainte "qu'ils me prennent ma fille", a-t-elle déclaré.

La seule information dont Amani disposait sur son mari était qu'il était originaire du Turkestan. "J'ai inscrit ma fille au nom de famille de ma famille. Je n'ai aucune preuve de mon mariage."

"Je conseille aux autres femmes syriennes de vérifier le nom réel de tout combattant étranger avant de l'épouser et d'enregistrer son mariage devant un tribunal afin qu'elle ait un mariage légal valide. Si seulement je pouvais remonter dans le temps, je ne le ferais pas ça du tout ", at-elle conclu.

L'année dernière, des militants ont organisé une campagne dans la ville de Ma'arret al-Nu'man, dans la campagne d'Idlib, intitulée "Who is Your Husband" ("Qui est votre mari") afin de promouvoir la conscience sociale et de demander aux femmes d'installer des contrats de mariage avec toutes les données du mari afin de: préserver légalement et moralement l'identité de son enfant.

Dans un autre cas, Reem, 32 ans, a déclaré qu'un immigrant avait demandé à l'épouser par l'intermédiaire de l'un de ses amis. Elle a accepté à contrecœur, mais une semaine de mariage a suffi pour reconnaître qu'elle avait commis une erreur lorsqu'elle avait été insultée et battue.

"Je me sentais sourd-muet. Je ne comprenais pas leur langue. Après six mois de souffrances, j'ai demandé le divorce. Il a refusé de divorcer jusqu'à ce que j'ai renoncé à tous mes droits", a résumé la jeune fille descendant de la campagne rurale Idlib. dans une déclaration à "Zaman Al Wasl".

Umm Abdullah, qui vient de Deir Ezzor, une veuve qui élève ses quatre enfants, a répété la même tragédie. Elle a épousé une immigrante surnommée "Abu Abdurrahman El Tunisi" sans aucune dot ni aucune préparation en vue du mariage, telle que la douane syrienne, a-t-elle déclaré.

"Je vivais seul après la mort de mon mari et j'ai refusé de me remarier. Après qu'Abou Abdurrahman a fréquenté ma maison pour m'aider, il m'a offert le mariage plus d'une fois, mais j'ai accepté de l'épouser, mais le mariage n'a duré que quelques mois. Il a quitté moi, j'étais enceinte alors et je ne sais plus rien de lui depuis. J'ai accouché plus tard, à cause des mauvaises conditions à Deir Ezzor, j'ai fui à Idlib.

La population d'Idlib a grossi au fur et à mesure que le régime remportait une série de victoires dans d'autres parties du pays, concluant des accords d'évacuation prévoyant le transfert de dizaines de milliers de personnes vers la province du nord-ouest.

Depuis l'irruption de la révolution syrienne en 2011, plus de 560 000 personnes ont été tuées et plus de 6 millions de personnes ont été déplacées.

Zaman Al Wasl
(35)    (34)
Total Comments (0)

Comments About This Article

Please fill the fields below.
*code confirming note